Air et climat en Bretagne

D’après les études menées par l’association de surveillance de la qualité de l’air (Air Breizh), la Bretagne est minée par une pollution causée par des particules très fine de PM10, qui ont permis sa mise en alerte par les pouvoirs publics. Ces petites particules, issues de plusieurs sources, se propagent dans l’atmosphère et se logent dans les zones sèches, où le vent et la pluie sont absents. Véritable danger pour les populations et le climat, au regard de ses conséquences, des mesures ont été élaborées par l’association de surveillance pour combattre ce phénomène. Les stations de mesure ont été implantées sur toute la Bretagne, pour des actions concrètes.

 

Secteur des transports

La dégradation atmosphérique de Bretagne est causée par plusieurs facteurs. L’association de surveillance de la qualité de l’air, étant chargée de constater la qualité de l’atmosphère qui prévaut dans la zone, réalise son mauvais état. Un diagnostic effectué pour le schéma régional du climat, fait ressortir le caractère important des émissions de gaz provenant du secteur du transport routier de marchandises et de personnes. Les véhicules relâchent dans des oxydes d’azote, des imbrûlés et des métaux, qui disposent d’une forte concentration de benzène et de NO, qui participent à l’augmentation des niveaux de particules. Ce phénomène s’intensifie dans les principales agglomérations de Bretagne, où l’on note une montée en puissance des gaz polluants. Bien que les normes liées à la protection de l’environnement soient davantage fermes, la situation de la pollution dans cette région française ne semble point s’améliorer. Cela peut s’expliquer par l’augmentation significative des pratiques de mobilité et de la forte croissance démographique observée dans cette zone.

 

D’autres sources de pollution

La combustion de la biomasse n’est pas en reste. Celle-ci se manifeste au travers de la combustion du bois. Le chauffage est fortement impliqué dans l’émission de polluants de particules, quand il s’effectue par l’utilisation d’un combustible humide ou avec des équipements anciens. Plus de 40% de ménages utilisent le chauffage de bois-bûche. Quant aux activités agricoles, très fréquentes dans la région, celles-ci contribuent à la dégradation de l’air par la pratique de certains travaux liés à l’élevage, à l’utilisation des engrais et à l’épandage d’effluents. Ils constituent une source importante de particules et de l’ammoniac, qui développent des particules secondaires. L’utilisation des produits phytosanitaires participe également à l’émission des particules. Le brûlage de déchets verts est une source puissante d’émission de pollution atmosphérique. Plusieurs études ont démontré que le brûlage de 50 kg de déchets verts peut émettre autant de particules qu’un nombre de 9800 de km parcourus par une voiture diesel. Elle est encore plus dangereuse qu’on ne veut l’admettre, et mérite une attention particulière.

L’air étant un élément indispensable à la vie, les mesures sur l’action de l’amélioration du climat en Bretagne méritent d’être intensifiées. Suite à la prise de conscience, qui a permis la publication d’un certain nombre d’études sur l’impact sanitaire que cette pollution pourrait engendrer, un cadre réglementaire a été mis sur pied, portant sur un certain nombre de principes. Il définit la valeur de référence en matière de qualité du climat.

 

Pour en savoir plus…

http://www.bretagne-environnement.org/mots-cles/Air-et-climat/Qualite-de-l-air

 

http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/comprendre-la-qualite-de-l-air-en-bretagne-r1070.html

Partages 0