Qu’en est-il de la fiabilité du réseau électrique breton ?

Les réseaux d’approvisionnement électriques Nord et Sud de la Bretagne sont désormais reliés par une ligne souterraine de 76 km de long. Ce « filet de sécurité » devrait assurer l’approvisionnement en électricité de la région.

 

Couverture des besoins énergétiques

La Bretagne, nommée « péninsule électrique » par les fournisseurs d’énergie, produit à peine 14 % de ses besoins énergétiques. Sa faiblesse en structures, combinée avec une augmentation de la consommation électrique de 11 % sur les 10 dernières années et une prévision d’évolution démographique de 10 % d’ici à 2030, exigeait un renforcement de son réseau d’approvisionnement électrique. Les travaux nécessaires ont été accomplis et le « filet de sécurité Bretagne » a été inauguré le 15 janvier 2018 par le ministre Jean-Yves Le Drian.

 

76 km de ligne électrique

Construit et financé par RTE (Réseau de transport d’électricité), ce filet de sécurité vient résoudre la principale difficulté du réseau électrique breton. Ainsi, la partie nord permet l’acheminement de l’électricité depuis la Normandie, tandis que la partie sud reçoit l‘énergie provenant du Val de Loire. Ce fameux filet, formé par la plus longue ligne électrique souterraine de France (76 km de long), d’une capacité de 225 000 volts, relie le nord et le sud de la région entre Lorient et Saint-Brieuc via Mûr-de-Bretagne.

 

Un investissement de 120 millions d’euros

Ce nouveau tronçon, outre un maillage plus efficace du réseau électrique de la région, permettra d’équilibrer les possibles faiblesses des 2 voies d’approvisionnement nord et sud. Cet investissement de 120 millions d’euros, poursuit plusieurs objectifs : assurer un meilleur équilibre entre production et consommation et atteindre la transition énergétique.

 

Une meilleure transition énergétique

Dorénavant, la Bretagne ne sera plus jugée comme étant une « zone à risques », soumise aux coupures lors des périodes de forte consommation. Ce nouveau réseau électrique bénéficiera autant les particuliers que l’activité économique. Concernant la transition énergétique, cette nouvelle ligne permettra de faciliter l’intégration de la production électrique des futurs parcs éoliens de Saint-Nazaire, Saint-Brieuc, et Groix et Belle-Île.