Top 5 des spécialités bretonnes

La renommée de la gastronomie française dépasse nos frontières. Elle pousse chaque année de nombreux cuisiniers étrangers à franchir les portes des centres de formation à la cuisine. Conscients de l’importance de cet héritage culturel, les terroirs ont su transmettre leur patrimoine culinaire de génération en génération. Les produits artisanaux bretons ne font pas exception. Si vous n’avez pas goûté aux 5 spécialités suivantes, c’est que vous ne vous êtes pas réellement imprégnés de notre belle région, parole de Bigouden.

 

La galette de blé noir

 

C’est un incontournable de la gastronomie bretonne. Elle est déclinable à volonté, sucrée ou salée. Mais dit-on crêpe ou galette ? Pour éviter tout incident diplomatique, nous emploierons les deux termes. L’un dans l’autre, la composition reste la même. On la prépare avec de la farine de sarrasin, de l’eau et du sel. À la carte d’une crêperie, vous pourrez commander une crêpe à la saucisse (le hot-dog breton) ou la traditionnelle crêpe jambon-oeuf-fromage.

 

Les crêpes dentelles

 

Les grandes découvertes résultent souvent d’un accident. Pour la petite histoire, la gavotte est née à Quimper, en 1866. Une crêpière oublia sa galette sur le bilig. Puisqu’à l’époque, rien ne se perd, tout se transforme, Marie-Catherine Cornic choisit de l’enrouler pour la déguster. Elle fut enchantée par la texture croustillante. Elle venait d’inventer la célèbre crêpe dentelle.

Aujourd’hui, on les utilise en général comme base du royal au chocolat, plus connu sous le nom de trianon.

 

Kouign-amann

 

Pas facile à prononcer, mais succulent à déguster. Par contre, il ne faudra pas être à cheval sur les calories. En Bretagne, quand on aime, on ne compte pas. Et encore moins le beurre, or du pays Gallo d’où est issu le non moins célèbre caramel au beurre salé. La motte est facilement reconnaissable dans vos rayons, grâce à son emballage vichy rouge ou bleu.

 

La cotriade

 

Passons au salé avec la bouillabaisse de Bretagne, n’en déplaise à nos amis marseillais. Ce plat généreux est constitué de poissons, de crustacés, de légumes et d’épices. Un grand nombre de spécialités ancestrales normandes utilisent les produits issus de la pêche. La mer toute proche est un formidable marché à ciel ouvert.

Le kig ha farz

 

En passant par la Bretagne, vous risquez fort de retrouver sur votre table un pot-au-feu nommé le kig ha farz. Il se traduit littéralement par « viande et farce ». On y retrouve également des légumes mouillés au lipig (mélange de beurre et d’onions). Le farz désigne le mélange de sarrasin et/ou de froment qui sert à épaissir la préparation.

 

La Bretagne est une région qui abrite un peuple de bons vivants. La gastronomie est à l’image de sa population : riche et généreuse. C’est sans doute pour cela qu’elle rencontre un franc succès et exporte ses spécialités artisanales bretonnes dans toutes les régions de France : le far, le palet, les rillettes de poissons, etc.