Le nucléaire, une énergie disparue en Bretagne

En 1960, le gouvernement français a décidé d’installer une plateforme Nucléaire à Brennilis, dans le Finistère, dans le but de profiter pleinement de la radioactivité et de l’énergie. Pendant 18 ans, la centrale EL4 de Brennilis a produit de l’électricité en exploitant de l’eau lourde et de l’Uranium naturel. Mais actuellement, le site est en plein Démentellement et la Bretagne se tourne vers de nouvelles sources d’énergie.

Historique

En 1960, le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), un organisme de l’État œuvrant dans la recherche sur la sécurité et la défense, crée pour la première fois en France 58 réacteurs nucléaires fonctionnant à l’Uranium afin de transformer l’eau lourde en une source d’énergie électrique. Effectivement, pendant toute l’histoire de la France, la centrale électrique de Brennilis était la seule à avoir exploité l’eau lourde. Cette dernière était utilisée pour ralentir et modérer la réaction des neutrons qui résulte de la fission Nucléaire de l’Uranium. En outre, cette réaction était refroidie en utilisant du gaz carbonique. Durant le temps de son exploitation, le site n’a pas toujours fonctionné à plein régime ; les opérations étaient encore dans une phase d’expérimentation et les concepteurs du projet ne cessèrent de modifier les procédés. Cependant, faute de rentabilité et d’instabilité, les recherches et la production sur le site ont été abandonnées et finalement, le site a fermé ses portes en 1985. Néanmoins, durant son existence, la centrale a produite à peu près 6 millions de mégawatts-heur, soit à peu près la consommation d’électricité en une année de la ville de Paris. Pour la faire tourner, 300 salariés étaient employés.

Le démantèlement du site

Les tests et les résultats ont tous penché en défaveur de la centrale Nucléaire de Brennilis. D’où, depuis 1997, le site est entré dans une procédure de Démentellement. Cela veut dire que toutes les installations et les bâtiments vont être détruits. En réalité, tous les déchets radioactifs du site doivent disparaitre. EDF (Électricité De France) et CEA sont les premiers responsables en charge des travaux pour évacuer à 100 % la radioactivité. Cependant, le Démentellement n’est pas une opération facile vu la grandeur des risques. Les professionnels doivent passer par plusieurs étapes pour garantir la sécurité et la santé des habitants. Certains travaux doivent être effectués à distance pour la sureté des opérants. Non seulement ils doivent supprimer les bâtiments et les réacteurs, mais aussi redonner à l’environnement son état initial. Certes, l’assainissement des lieux et des alentours, l’évacuation des déchets, l’élimination de substances radioactives sont tous des longs processus. La déconstruction est suivie par des experts en écologie, des médecins, des ingénieurs qui travaillent ensemble pour assurer le bien-être des hommes, de la faune et de la flore. Toutefois, vu la complexité des travaux, plusieurs accidents ont un peu ralenti les chantiers. En 2015 par exemple, un atelier de conditionnement a pris feu, alors que cet atelier se trouvait dans la même enceinte que les réacteurs. Cela aurait pu avoir de graves conséquences pour l’environnement et les habitants autour de la centrale. Pour en savoir plus sur les incidents liés à l’énergie, cet article est fait pour vous.  Heureusement, la situation fut maitrisée. Actuellement, les travaux de déconstruction continuent, mais prendront encore du temps. Selon les estimations, le site ne sera démantelé totalement qu’en 2031.

Vers les énergies renouvelables

Désormais, le gouvernement adopte une politique qui met en valeur de nouvelles sources d’énergie, notamment, les énergies renouvelables. De nouvelles technologies estimées plus rentables et fiables sont actuellement utilisées pour fournir la population en électricités. Effectivement, des solutions qui utilisent le rayonnement solaire, le cycle de l’eau, le vent, la chaleur interne de la terre, les courants marins sont exploités afin de préserver la nature. Pour le cas de la Bretagne, durant les dernières années, on a constaté que la production des énergies renouvelables a doublé. Des réacteurs qui utilisent de l’eau bouillante ou aussi appelés réacteurs à eau pressurisée sont déjà utilisés. En outre, des turbines qui exploitent le courant des fonds marins sont aussi installées. Avec de vastes littoraux, des vents puissants, de larges côtes, la Bretagne ne manque pas de ressources. Des projets d’investissements pour construire des éoliennes prennent aussi forme étant donné que c’est la technologie la plus maitrisée en ce moment.

 Vers le haut